Charleroi veut bannir le protoxyde d’azote de son territoire

De plus en plus de ces capsules jonchent le sol du centre-ville.
De plus en plus de ces capsules jonchent le sol du centre-ville. - Kim Foucart

On en voit de plus en plus, des capsules, abandonnées sur le sol en ville, mais aussi à proximité des écoles. Elles sont destinées à contenir du protoxyde d’azote, un produit en vente libre, détourné de son utilisation première. Ces cartouches, on peut en effet les employer pour des siphons à chantilly.

Découvrez l'abonnement numérique la Nouvelle Gazette à -50% pendant 6 mois !

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte -50%
Accédez à l'ensemble des articles et services de votre région pour 7€/mois

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Nouvelle Gazette ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct