Publié le Mercredi 6 Juin 2012 à

Régions > Charleroi > Actualité

Tribunal de Charleroi: la masseuse chinoise assure qu'elle n'employait pas de filles

an.D.

Madame Chem a comparu mardi devant le tribunal de Charleroi. Avec une sincérité désarmante, -et qui a aussi désarmé son avocat- elle a reconnu ce qu’elle niait jusqu’alors: “Oui, je pratiquais effectivement la prostitution dans mon appartement ”
Photo Nord Eclair France

Photo Nord Eclair France

Mais elle nie avoir employé d’autres femmes et insiste: “ J’étais seule, je n’avais pas de personnel, je n’exploitais pas d’autres filles. Il y a bien eu une amie, qui m’a dépannée une fois, mais c’est parce que je m’étais blessée. Le reste du temps, cette amie s’occupait de mes enfants... ”

Pas de chance, c’est précisément l’amie dépanneuse qui a été prise en flagrant délit avec un client.

Pour le substitut Joëlle Lardinois, il n’y a guère de doutes: l’endroit était réputé, il disposait même d’un site internet sur lequel les clients pouvaient échanger leurs impressions quant à la qualité des prestations. Et l’enquête a démontré que plusieurs masseuses évoluaient dans l’appartement et remettaient une partie de leurs recettes à la “ patronne ”, Madame Chem, la transformant ipso facto en patronne d’une maison de débauche...

Ok pour la maison de débauche, a bien dû admettre la défense, mais rien de plus! D’ailleurs, le site internet ne peut constituer une preuve légale, et on ne peut donc se baser là-dessus pour parler de prostitution organisée. Et puis en plus, la prévenue ne parle que le chinois -elle est d’ailleurs assistée d’une interprète à l’audience- et on voit mal, dit l’avocat, comment elle aurait pu proposer d’autres services à des clients mont-sur-marchiennois, peu portés sur le mandarin ordinaire...

“ Vous savez, avec des gestes, il y a sans doute moyen de se faire comprendre... ” s’est amusée la présidente Catherine Evaldre avant de s’enquérir de ce que fait aujourd’hui Madame Chem: “ Elle vit de l’argent qu’on lui envoie de Chine ”. Un pays en pleine progression économique. De là à y retourner un jour?

Faites de lanouvellegazette.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent