Publié le Mercredi 16 Mars 2016 à

Régions > Charleroi > Actualité

20 militaires bientôt déployés à l'IRE de Fleurus

Rédaction en ligne

Au total, 140 militaires seront déployés sur les sites nucléaires belges. Une vingtaine d’entre eux seront affectés à la surveillance de l’Institut des Radioéléments de Fleurus, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24.

L’information a été confirmée par le ministre de l’Intérieur, qui répondait à une question du député fédéral Jean-Marc Nollet sur la sécurité de nos sites nucléaires.

Depuis longtemps déjà, Ecolo a fait de la sûreté nucléaire son cheval de bataille. Cette fois, l’interpellation anglait plus précisément la sécurité des centrales et des sites belges. À plus d’une occasion, le chef de groupe Ecolo/Groen à la Chambre avait déjà plaidé pour une présence militaire sur ces périmètres sensibles. Sans être suivi jusqu’à il y a peu… Mais, la découverte, dans le cadre de l’enquête sur les attentats de Paris, d’un DVD qui témoignait de la surveillance du domicile d’un haut cadre du Centre de Recherche nucléaire de Mol, a changé la donne.

Le 4 mars, le conseil des ministres s’est en effet ravisé, en approuvant l’engagement de 140 militaires pour surveiller l’ensemble des sites nucléaires belges. Ils se répartiront à Doel, Tihange, Mol-Dessel et Fleurus. Chez nous, une vingtaine de militaires seront affectés sur le site de l’IRE : une patrouille de 4 hommes y sera opérationnelle en permanence. «  L’objectif de cette démarche consiste à prévoir, sur ces sites, une capacité réactive et armée, en tout temps, 24 heures/24, 7 jours/7  », précise encore le ministre de l’Intérieur.

Il reste encore à définir les modalités de ce déploiement. Et boucler aussi le financement de l’opération. Electrabel devrait y contribuer pour Doel et Tihange. Des contacts ont en tout cas été noués en ce sens. On devrait en savoir plus ce jeudi sur la « clé » de répartition et la formule qui sera réservée à Mol et Fleurus.

Faites de lanouvellegazette.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Le Numérique de Sudpresse

Numérique de Sudpresse

Nos partenaires vous proposent