Publié le Samedi 19 Décembre 2015 à

Régions > Charleroi > Actualité

Monceau-sur-Sambre: derrière l'école de l'Alliance... une secte!

AN.D.

Une importante opération policière a été menée ce vendredi à Monceau dans une association qualifiée de secte. On parle de mise au travail forcé des membres ou encore de harcèlement pour ceux qui souhaitaient quitter le groupement. Le responsable a été inculpé mais laissé en liberté. Le groupement sectaire était abrité dans les mêmes locaux que l’école de l’Alliance, un établissement scolaire protestant subventionné par la Communauté française.


Une visite policière dès 6 heures du matin...

Thierry Portier

Une visite policière dès 6 heures du matin...

L’enquête est en cours depuis un an environ. Ce sont apparemment des plaintes d’anciens membres qui ont attiré l’attention de la justice. Des anciens membres qui dénonçaient la campagne de harcèlement (SMS, etc) dont ils auraient été victimes lorsqu’ils ont voulu quitter la « secte » et qui dénonçaient également les conditions dans lesquelles ils ont vécu à l’époque où ils y étaient logés…

de vrais bénévoles ?

C’est à la rue Durant, à Monceau-sur-Sambre, que la descente a été menée. Il est notamment question de « travail forcé ». Les membres de la secte qui logeaient sur place étaient, semble-t-il, forcés de travailler au bénéfice du groupe ou du gourou… Il est ainsi question de travaux de construction, des « kots » pour loger les membres de l’association. « Du bénévolat… » assure le responsable qui n’hésitait pourtant pas à envoyer des courriers particulièrement comminatoires aux membres dont le travail n’était pas à la hauteur . On parle de faits qui dureraient depuis une dizaine d’années...

inculpé mais libre sous conditions

À ce stade, l’homme est inculpé de traite des êtres humains sur le plan économique et de harcèlement par le juge d’instruction. En revanche, il reste en liberté, il a bénéficié de mesures alternatives à la détention préventive.

Mais l’enquête est loin d’être finie : les investigations concernent encore d’autres volets qui n’ont pas été abordés à ce stade. Et d’autres personnes doivent encore être entendues.

Faites de lanouvellegazette.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent